Reconnaissance des innovatrices et des innovateurs scientifiques canadiens : aller de l’avant

Comme vous l’avez peut-être lu dans les médias, certaines membres du Comité de sélection du Panthéon canadien des sciences et du génie ont récemment démissionné, citant le peu de femmes en nomination comme motivation de leur départ. Je suis déçu par la tournure des événements, d’autant plus que je n’ai pas été directement informé de leur décision. Si j’en avais eu l’occasion, je leur aurais démontré le travail auquel se livre le Musée actuellement pour remédier à certaines failles du processus qui vise la reconnaissance des accomplissements scientifiques et technologiques canadiens exceptionnels, et je leur aurais vivement fait valoir l’importance de demeurer au Comité pour continuer à améliorer cet aspect essentiel du mandat du Musée.

Voici quelques faits au sujet de la situation telle que je la comprends. L’an dernier, certaines membres du Comité de sélection ont exprimé avec raison leurs inquiétudes concernant le peu de femmes que génère le processus d’appel de candidatures du Panthéon. Notons toutefois que, bien qu’il y ait eu des hauts et des bas au fil des ans, on compte actuellement 11 femmes parmi les 60 membres du Panthéon – environ 18 % –, une proportion qui reflète assez bien le nombre de femmes œuvrant dans les domaines des sciences et du génie (source : CRSNG).

Les membres démissionnaires du Comité de sélection disent qu’elles souhaitaient prolonger le processus d’appel de candidatures dans l’espoir que davantage de femmes soient mises en nomination. Pour différentes raisons, je ne partage pas leur point de vue. D’abord, je crois que changer les règles à mi-chemin serait injuste envers les personnes qui ont pris part de bonne foi au processus existant; les candidatures reçues ne manquent certainement pas de mérite. Deuxièmement, la période d’appel de candidatures (habituellement de 12 mois) a déjà été prolongée à 15 mois suite à la fermeture inattendue du Musée des sciences et de la technologie du Canada, qui abrite le Panthéon. Cette fermeture a grandement affecté le fonctionnement et a puisé de façon exceptionnelle dans les ressources de la Société au cours de cette période critique, ce qui explique la prolongation de la période d’appel de candidatures. Au terme de cette période prolongée, comme toujours, toutes les candidatures reçues ont été soumises au Comité de sélection aux fins d’évaluation.

Le fait est que les préoccupations soulevées par les membres du Comité de sélection l’an dernier avaient été entendues haut et fort par les parties concernées. Cependant, les efforts déployés pour renouveler le Panthéon ont dû être mis de côté temporairement en raison de la fermeture du Musée. Cette période éprouvante étant terminée, le Musée a maintenant l’occasion de se renouveler, et sera bientôt en mesure d’annoncer des changements significatifs concernant la manière de célébrer les réussites et l’excellence scientifiques canadiennes à l’avenir. Je suis certain que si les membres du Comité avaient su le travail qu’entreprend le Musée, elles auraient choisi de demeurer en poste pour continuer à concrétiser ces changements positifs. En bout de ligne, les membres démissionnaires du Comité de sélection souhaitent la même chose que le Musée, c’est-à-dire voir des femmes et des hommes – dans une proportion égale – contribuer à l’avancement des accomplissements scientifiques et technologiques canadiens qui profitent à la société. Pour atteindre cet objectif, il faut répondre au besoin d’encouragement des filles, comme à celui des garçons, à poursuivre des carrières dans le domaine des STIM (sciences, technologies, ingénierie et mathématiques), et c’est ce que le Musée s’efforce de faire de multiples façons.

La situation du Comité de sélection est regrettable et cela m’attriste, mais les anciens membres du Comité ont fait leur choix. Cette décision a pour conséquence – et nos sincères excuses aux candidates et aux candidats actuels – que le processus de sélection du Panthéon canadien des sciences et du génie est suspendu jusqu’à nouvel ordre. Le Musée est en train de régler les derniers détails d’une nouvelle façon de célébrer l’innovation canadienne sur laquelle il travaille depuis déjà un moment, et il compte faire une annonce bientôt. Restez à l’affut.