La médaille du prix Nobel de physique remise à Bertram Brockhouse | Collection MSTC 2005.0001

Vous en avez sûrement entendu parler dans l’actualité : cette année, le Prix Nobel de physique a été décerné au Canadien, Arthur McDonald, dont les travaux de recherche montrent que des particules subatomiques, les neutrinos, ont bel et bien une masse. Alors, pourquoi ne pas saisir cette occasion pour vous parler de notre sens de l’innovation, mais sous l’angle des prix Nobel – les prix scientifiques internationaux les plus prestigieux – remportés par le Canada.

On ne sait peut-être pas que les Canadiens ont brillé plus d’une fois dans le firmament des prix Nobel. La première fois, c’était en 1901. Des Canadiens ont remporté des prix Nobel dans les six catégories : physique, chimie, médecine, littérature, paix, et sciences économiques.

Et le Canada, dont le bassin démographique a toujours été petit, a quand même remporté 24 prix Nobel, autant que la très populeuse Russie. Mais si deux douzaines de prix Nobel semblent énormes pour un petit pays, en fait, pour ce qui est du prix Nobel par habitant, nous nous classons au 24e rang, juste derrière la Nouvelle-Zélande et devant la Bosnie-Herzegovine.

Sir Frederick Banting, né à proximité d’Alliston, en Ontario, s’est classé au deuxième rang des plus jeunes lauréats du prix Nobel. En effet, en 1923, à l’âge de 32 ans, il reçoit le prix Nobel de médecine, qui vient couronner des travaux réalisés au début des années 1920 à l’Université de Toronto, où il a inventé l’insuline. Pour sa part, Williard Boyle, d’Amherst, en Nouvelle-Écosse, est parmi les plus vieux à avoir reçu le prix Nobel. Il est âgé de 85 ans quand on lui décerne le prix de physique, en 2009, soit 40 ans après qu’il ait inventé la technologie de l’appareil photo numérique, avec son partenaire américain, George E. Smith.

Les Canadiens ont souvent remporté le prix Nobel pour des travaux réalisés à l’extérieur du Canada, presque toujours aux États-Unis. C’est par exemple le cas de Williard Boyle, qui a réalisé ses travaux de recherche novateurs sur la technologie numérique dans les laboratoires Bell, au New Jersey. Par ailleurs, plusieurs des prix Nobel attribués au Canada ont été gagnés par des personnes qui ont mené leurs travaux ici, mais qui étaient nées ailleurs. C’est le cas de Gerhard Herzberg (prix de chimie en 1971), qui était né en Allemagne et qui a réalisé les travaux qui lui ont valu le prix Nobel dans les laboratoires du Conseil national de recherches du Canada (CNRC), à Ottawa.

Gerhard Herzberg a gagné le prix de chimie pour sa contribution à la connaissance de la structure électronique et de la géométrie des molécules, particulièrement des radicaux libres. Fait intéressant, il se définissait comme un physicien, et non comme un chimiste. Cependant, comme il l’a déclaré, la physique et la chimie se chevauchent souvent à bien des égards.

Gerhard Herzberg a travaillé dans les laboratoires du CNRC situés sur la promenade Sussex, à Ottawa. À sa façon, le CNRC honore la mémoire de ce scientifique puisqu’il a conservé son bureau exactement dans l’état où M. Herzberg l’a laissé juste avant son décès, en 1999.

Comme je l’ai signalé, Arthur McDonald, de Sydney, en Nouvelle-Écosse, est le co-récipiendaire du prix Nobel de physique de 2015. Son travail d’avant-garde, réalisé parallèlement aux recherches de Takaaki Kajita, au Japon, nous a aidés à mieux comprendre les neutrinos. Cette découverte a changé notre compréhension des lois de la physique et du fonctionnement de l’univers.

Arthur McDonald, comme plusieurs lauréats du prix Nobel, est lié aux Musée des sciences et de la technologie du Canada.

Dès 2005, le Musée a présenté pendant plusieurs années une exposition intitulée : Méga-sciences : une célébration de l’année internationale de la physique, portant, entre autres, sur l’Observatoire de neutrinos de Sudbury (SNOLAB) d’Arthur McDonald.

La collection du Musée abrite des appareils scientifiques et d’autres articles ayant servis dans les laboratoires où travaillaient des lauréats du prix Nobel – par exemple, un spectrographe utilisé par Gerhard Herzberg et un tube de réaction de John Polanyi (prix de chimie en 1986).

Nous avons également la chance de posséder dans notre collection la médaille du prix Nobel de physique remise à Bertram Brockhouse en 1994, en même temps qu’à l’américain Clifford Shull, du Massachusetts Institute of Technology, pour leur contribution au développement de techniques de diffusion des neutrons pour l’étude de la matière condensée. Bertram Brockhouse, qui était de Lethbridge, en Alberta, est décédé en 2003 et sa famille a donné sa médaille au Musée deux ans plus tard. La collection comprend également son spectromètre à trois axes, qui a joué un rôle essentiel dans les travaux qui lui ont valu le prix Nobel.

Plusieurs des lauréats canadiens des prix Nobel en sciences figurent dans une exposition itinérante, le Panthéon canadien des sciences et du génie, notamment sir Frederick Banting, Willard Boyle, Bertram Brockhouse, Arthur McDonald, John Polanyi, Michael Smith, et Richard E. Taylor. Évidemment, on trouvera le nom de tous les lauréats canadiens du prix Nobel, toutes disciplines confondues, sur le site Web des prix Nobel, à : www.nobelprize.org.

Lauréats canadiens du prix Nobel :

  1. Arthur B. McDonald, physique, 2015
  2. Alice Munro, littérature, 2013
  3. Ralph M. Steinman, physiologie ou médecine, 2011
  4. Willard S. Boyle, physique, 2009
  5. Jack W. Szostak, né au Royaume-Uni, physiologie ou médecine, 2009
  6. Robert Mundell, économie, 1999
  7. Myron Scholes, économie, 1997
  8. William Vickrey, économie, 1996
  9. Conférence Pugwash sur la science et les problèmes internationaux, paix, 1995
  10. Bertram N. Brockhouse, physique, 1994
  11. Michael Smith, né au Royaume-Uni, chimie, 1993
  12. Rudolph A. Marcus, chimie, 1992
  13. Richard E. Taylor, physique, 1990
  14. Sidney Altman, chimie, 1989
  15. John C. Polányi, né en Allemagne, chimie, 1986
  16. Henry Taube, chimie, 1983
  17. David H. Hubel, physiologie ou médecine, 1981
  18. Saul Bellow, littérature, 1976
  19. Gerhard Herzberg, né en Allemagne, chimie, 1971
  20. Charles B. Huggins, physiologie ou médecine, 1966
  21. Lester B. Pearson, paix, 1957
  22. William Giauque, chimie, 1949
  23. Frederick G. Banting, physiologie ou médecine, 1923
  24. Ernest Rutherford, né en Nouvelle-Zélande, chimie, 1908

Au cours du 20e siècle, et depuis le début du 21e, les lauréats canadiens du prix Nobel, toutes disciplines confondues, témoignent de notre sens de l’innovation et sa contribution à l’avancement du savoir et de notre compréhension du monde.

Ce sujet, comme bien des questions abordées dans ce blogue, montre que notre sens de l’innovation est à l’œuvre partout au Canada. Nous connaissons tous l’histoire d’une personne, d’un lieu, d’une découverte qui a contribué à l’avancement du savoir ou qui est à l’origine d’une invention. Pour souligner le 150anniversaire du Canada, nous avons créé un livre d’histoires numérique qui nous permettra de recueillir des récits de découvertes canadiennes, que ce soit avant ou après la Confédération, voire de nouvelles découvertes qui sont en ce moment à l’étude. L’histoire des découvertes canadiennes mérite d’être célébrée. Pour raconter votre histoire, il suffit de vous rendre à : InnovationCanada150.ca. Et encouragez vos amis, votre famille et vos collègues à en faire autant.